Ecolo-Sphère

25 %, tu parles d’une affaire !

En période de soldes, ce chiffre pourrait faire sourire. En matière de santé, il doit tous nous pousser à réfléchir. Nous partageons avec vous aujourd’hui les propos tenus dans le journal de la ville de Biarritz du mois de juin 2019 au sujet de la forme :

En 40 ans, nos enfants ont perdu 25 % de leurs capacités cardiovasculaires. Ainsi, on a mesuré qu’en 2005 les jeunes mettaient une minute supplémentaire pour courir un 800 mètres qu’en 1960. Si on n’y prend garde, les performances ne vont pas s’améliorer. La raison tient en un seul mot : sédentarité.

Autre constat : En France, en effet, 45 % des hommes et 55 % des femmes sont inactifs. 54 % des hommes et 44 % des femmes sont en surpoids ou obèses.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en étant sédentaire, on a deux fois plus de risques de développer un diabète de type 2, une maladie cardiovasculaire et certains cancers. En France, chaque année, 50 000 décès sont liés à la sédentarité.

Aujourd’hui 4 enfants (de 2 à 5 ans) sur 5 ne pratiquent pas d’activité physique au quotidien et 1 sur 4 passe plus de 3 heures devant un écran (il faudrait moins d’une heure par jour).

Les 6-17 ans ne sont guère mieux lotis : 2 sur 3 ne suivent pas les recommandations d’activité physique, qui sont d’au moins 1 heure par jour d’intensité modérée à élevée, et ils sont autant à passer plus de 3 heures devant les écrans quand moins de 2 heures sont préconisées.

Enfonçons un dernier clou en pointant que 80 % des 18-60 ans ont des comportements sédentaires et que 73 % des 65-79 ans sont sédentaires. (Source INCA 3).

La sédentarité est un enjeu de santé publique que l’on peut contrer, à condition d’exercer une activité physique régulière. Faire du sport améliore en effet l’espérance et la qualité de vie. Jugez-en : 1 heure de marche par semaine allonge de 1,8 année l’espérance de vie ; 7 heures de 4,5 ans. On constate qu’en pratiquant une activité physique, on diminue jusqu’à 41 % le risque de mortalité précoce, jusqu’à 50 % le risque de maladie du cœur, de 25 % le risque de certains cancers et de 45 % la possibilité de développer la maladie d’Alzheimer.

La sédentarité est notre pire ennemie, qu’on se le dise. Marcher, faire du sport, réduit aussi les états de stress, d’anxiété et de dépression, augmente le sentiment de bien-être, améliore l’image de soi et permet de créer des liens sociaux…

Bref, tout est dit, il ne reste plus qu’à passer à l’action.